retour à HorizonZéro HorizonZero 01 vertical line layout graphic english >  

version imprimable  >

gutenberg 9.1 : essai: gutenberg 9.1
Voyez cet article en version Flash  nécessite Flash 6 >

Gutenberg 9.1
Les nouveaux compagnons du livre
par Samuel Archibald

Nous sommes confrontés aujourd'hui à un nouveau lieu commun : le livre et le texte sont exposés à des transformations radicales et se retrouvent à un moment décisif de leur existence ; on prétend même qu'ils vont disparaître. Certains font dire des messes, d'autres sablent le champagne.

Pour éviter ce débat un peu lassant entre des discours opposés sur le fond mais très proches par leur vague hystérie, il nous faut considérer les deux questions essentielles que pose l'existence du livre à l'ère du numérique. Primo : est-ce que le livre, en tant qu'objet technologique, est appelé à subir une mutation ? Secundo : qu'arrive-t-il lorsque les contenus traditionnellement associés aux livres émigrent vers d'autres supports ? En empruntant la terminologie de l'informatique, on pourrait dire qu'il y a là une question de hardware et de software.

Vers un livre électronique : Gutenberg au pays des pixels
On retrouve, partout sur le Web, des textes libérés de droits et, depuis que le Torontois Douglas Cooper y a fait paraître par épisode son roman Delirium en 1994, beaucoup d'auteurs se sont essayés à la publication en ligne. Formidable outil de publication à compte d'auteur au départ, le Web se dote peu à peu d'un appareil éditorial : des maisons d'édition en ligne sont apparues, par exemple 00h00, en France, qui offre tous ses titres en version numérique ou imprimée, et Coach House Press, au Canada, qui publie en ligne comme sur papier des oeuvres jouant sur le livre en tant qu'objet. Au Québec, Hervé Fischer a rendu disponible gratuitement, dans son site, le « livre » Mythanalyse du futur. En relatant son expérience dans un autre livre, imprimé celui-là, Le choc du numérique, Fischer souligne bien le problème de la diffusion de textes en ligne : l'absence d'un support de lecture adéquat. Le texte circule, mais comment le lire ? L'écran d'un ordinateur, avec sa luminosité agaçante pour les yeux et son aspect manipulable et dynamique, ne permet pas au lecteur de s'adonner longtemps à une lecture posée et statique. Nous en sommes le plus souvent réduits à faire imprimer les textes, ce qui, en plus de donner un produit peu attirant, est beaucoup moins économique qu'il n'y paraît, vu le prix actuel des cartouches d'encre pour imprimantes. L'ordinateur et les cd-rom sont donc moins importants en tant que support de lecture qu'en tant que nouveau support de stockage, de distribution et de consultation de textes.

Le livre électronique, le eBook, vise à réunir le meilleur des deux mondes, la portabilité et la facilité de lecture du livre imprimé, et les avantages inhérents au support électronique. Les aspects qui lui permettent de prendre une place réelle dans nos pratiques de lecture sont aussi ceux qui en font un objet différent du livre imprimé : il est électrique et présente un contenu numérique. Notons-le, les paroles s'envolent, les écrits restent, et les écrits numériques changent : la matière électronique est caractérisée par sa capacité à se métamorphoser.

Les livres imprimés et les livres électroniques devraient donc être vus comme des compagnons plutôt que des adversaires. Il est beaucoup plus intéressant de voir le texte se transformer en voguant entre les deux formes que de se demander qui gagnera l'éventuelle bataille du hardware. C'est précisément l'idée de remplacement d'un support par un autre qui freine le plus la création électronique. La stricte imitation numérique du livre, en niant le caractère dynamique des nouveaux médias et en négligeant les possibilités d'intervention sur la couleur, la forme et la texture (à l'écran) du texte électronique afin de mieux restituer la surface rassurante du texte d'une page imprimée, est ni plus ni moins qu'inutile sur le plan créatif. Confrontée au développement de la technologie, la forme montre déjà ses limites. Il est difficile de se contenter d'images fixes et de textes lorsque des logiciels multimédias de plus en plus accessibles permettent d'ajouter un niveau d'interactivité plus grand, des séquences animées ou des éléments sonores...

Vers une littérature électronique : si James Joyce avait eu un PC
Il est évident que, là où il y a du texte, il peut y avoir littérature. Cependant, pour exister pleinement, la littérature électronique doit se modeler sur les spécificités de son support. Considérons-en quelques incarnations.

L'hypertexte de fiction
Depuis Afternoon : a story de Michael Joyce, des centaines d'auteurs de par le monde se sont essayés à l'hypertexte de fiction. Parmi eux, l'artiste Tim McLaughlin, de Vancouver, qui a publié l'excellent Notes Toward Absolute Zero, où le lecteur peut explorer le destin de trois personnages à travers différents fragments, des cartes postales et des timbres. Une maison américaine d'édition en ligne, Eastage Systems, se spécialise dans la publication d'hypertextes.

Les hypertextes de fiction existent en ligne et sur cd-rom. Leur principe de base est simple : soumettre une forme ancienne, le roman, la nouvelle ou le poème, à un format hypertextuel. Des fragments de texte dans lesquels apparaissent des liens permettent au lecteur de définir l'ordre de sa lecture. Bien sûr, les multiples chemins possibles, et les raccords d'une logique variable entre les fragments, font de la lecture une dérive plus qu'une promenade. Cela a poussé plusieurs auteurs à adopter un style particulier, sorte de prose poétique compacte, visant à minimiser la désorientation du lecteur et à s'accorder au parcours de celui-ci.

Mentionnons parmi les hypertextes les plus réussis Patchwork Girl, de Shelley Jackson, une relecture postmoderne de Frankenstein, dans lequel Mary Shelley crée elle- même une créature femelle avec laquelle elle entretiendra une relation amoureuse, et 253 de Geoff Ryman, qui permet au lecteur de naviguer entre les pensées des passagers d'une rame de métro londonienne sur le point de dérailler.

Les récits numériques
D'autres lieux du cyberespace sont transformés en fiction, de l'intérieur. En 2000, pour la sortie de l'adaptation cinématographique d'American Psycho, Bret Easton Ellis offrait aux lecteurs de recevoir des courriels de Patrick Bateman, yuppie branché des années 80 et tueur en série, le héros-narrateur de son roman. En laissant son adresse électronique sur le site Web du film, le lecteur recevait régulièrement des courriels de Bateman, dans lesquels celui-ci relatait ses réflexions de la journée et ses projets assassins. Utilisation anecdotique, mais très efficace, où la fiction se glissait dans le nouveau média par un heureux artifice, qui transformait littéralement le lecteur en confident du personnage et le faisait participer à ce roman épistolaire nouveau genre.

Un autre exemple pourrait être le phénomène de fictionnalisation de soi chez les internautes qui se créent des identités virtuelles afin de prendre part à des chatrooms. Chaque jour, des travailleurs de la construction, des avocates, des architectes, des adolescents, sous des pseudonymes comme SexMachine, FunkyDude, FemmeFatale ou Damien666, écrivent en collaboration un grand récit interactif, grandiose et éphémère.

Les compagnons multimédias
Les expériences multimédiatiques sur cd-rom reprennent exactement là où les limites de l'hypertexte de fiction se faisaient sentir et où le eBook devenait un cul-de-sac créatif. Véritables compagnons du livre imprimé, ils tentent moins de dépasser le livre comme objet technologique que de le soumettre, objet artistique, à un nouvel univers de possibilités.

Avant même l'avènement du Web, William Gibson publia son poème Agrippa ­ A Book of the Dead, à propos de sa relation avec son défunt père. Afin de symboliser la fragilité de la mémoire, le poème est offert en édition limitée sur une disquette dont le contenu s'efface en cours de lecture, et dans un livre imprimé à l'aide d'une encre spéciale conçue pour disparaître après une exposition prolongée à la lumière (livre illustré par l'artiste New-Yorkais Dennis Ashbrough). Ce livre sera republié en eBook.

Alex Mayhew et Real World ont réalisé le cd-rom Ceremony of Innocence où la correspondance entre les personnages de Nick Bantock, Sabine et Griffin, prend vie grâce aux voix d'Isabella Rossellini et de Ben Kingsley, et à un bel arsenal médiatique comprenant séquences interactives, animations, photomontages et courts films.

Pour les 7 à 77 ans, comme dirait Hergé, les cd-rom Le livre de Lulu réalisé par Romain Victor-Pujebet et Opération Teddy Bear d'Édouard Lussan permettent aux lecteurs de suivre une histoire, mais aussi de s'amuser et d'apprendre. Le premier raconte l'histoire de Lulu, personnage d'encre et de papier, rencontrant le robot Mnémo, qui tentera d'en faire un être de chair et de sang, libéré de l'ordre linéaire du conte ; le livre parle donc, à travers ses personnages, de lui-même. Il devient la métaphore de navigation et le personnage principal du Livre de Lulu. Le second, bande dessinée interactive (d'abord refusée par les éditeurs sous sa forme traditionnelle !), raconte l'histoire d'un jeune garçon devant apporter à sa mère résistante un ours en peluche rempli de documents ultrasecrets, le jour du débarquement de Normandie ; il permet d'accéder simultanément à un récit et à une quantité phénoménale d'informations sur la Seconde Guerre mondiale, mêlant ainsi aspects narratif et documentaire.

Dans Machines à écrire, Antoine Denize se sert des possibilités de l'informatique pour rendre interactives les expériences en littérature combinatoire de l'Oulipo, et permet au lecteur de jouer avec les 100 000 milliards de poèmes de Raymond Queneau et de générer des cartes postales à la manière de George Perec.

Mentionnons finalement Einstein's Dreams : The Miracle Year, réalisé par Daniel Canty et DNA Media, tiré du roman d'Alan Lightman, qui raconte les rêveries d'Albert Einstein sur le temps, alors qu'il développe sa théorie de la relativité restreinte. Dans le cd-rom, des extraits du texte sont accompagnés de triptyques interactifs qui font figure d'exploration visuelle (à la fois poétique et explicative) des vignettes originales de Lightman. Le projet aboutit sur un nouveau livre où des poèmes en proses réfractent l'expérience interactive.

Le degré zéro du média
Tous ces exemples sont porteurs de ce qu'il y a de plus intéressant dans l'utilisation littéraire des nouveaux médias et de plus fondamental dans leur rapport aux anciens. À travers tous les développements médiatiques des cent dernières années, le texte est demeuré le degré zéro du média, le point de départ de tout média audiovisuel. Il y a du texte sous la voix du présentateur radio et derrière le visage du lecteur de nouvelles ; il y a un scénario sous les films. Sur un ordinateur, il y a tout un monde sous le texte. Les oeuvres multimédias ne dépassent pas le livre, bien au contraire : elles le mettent en scène, en spectacle, en mouvement ; elles lui donnent vie.

Conclusion : Nostradamus Gets an Upgrade
Dans la théorie, le rapport du livre au numérique, et des médias entre eux, ressemble souvent à une sorte de guerre moderne. Dans les faits, la situation tient plus de la grande orgie postmoderne. Envoyons réfléchir dans leur coin les penseurs alarmistes et les enthousiastes revanchards, avec leur habitude de voir comme une guerre l'histoire et l'évolution des formes, et restons fascinés par les batifolages d'une vie culturelle et technologique en pleine ébullition.

Allons-y de quelques prédictions : le Livre et le Texte ne disparaîtront pas, mais ils essayeront quelquefois de nouvelles robes. L'Auteur ne mourra pas, mais il deviendra plus humble et apprendra à travailler en équipe. Les Alarmés et les Enthousiastes arrêteront de se tirer la langue et s'uniront pour convaincre le Lecteur de renoncer un moment à ce droit que lui a reconnu Daniel Pennac dans son essai Comme un roman : le droit de ne pas lire.

Il n'y a rien dans la révolution numérique pour effrayer lecteurs et créateurs, si ce n'est l'incroyable étendue des possibilités.

Liens:
[http://www.00h00.com]

[http://www.chbooks.com]

[hhttp://www.hervefischer.net]

[http://www.eastgate.com]

[http://www.ineradicablestain.com]

[http://www.ryman-novel.com]

haut haut  

 

Valid XHTML 1.0!
Valid CSS!