retour à HorizonZéro HorizonZero 09 vertical line layout graphic english >  

version imprimable  >

entrevues hot docs: rencontrez les créateurs
Voyez cet article en version Flash  nécessite Flash 6 >

entrevues hot docs
Transcriptions des entrevues effectuées au festival de films documentaires canadiens Hot Docs, du 25 avril au 4 mai 2003

Premier thème: Rencontrez les cinéastes
L'équipe d'HorizonZéro a effectué 19 entrevues avec des participants du festival Hot Docs de Toronto. Écoutez les cinéastes parler de leurs plus récents projets.

Sara Diamond et Peter Wintonick
Sara : Salut. Je m'appelle Sara Diamond.

Peter : Et moi, Peter Wintonick.

Sara : Je m'appelle Peter Wintonick.

Peter : Et moi, Sara Diamond.

Sara : Nous sommes ici pour vous entretenir de la vision que se font les documentaristes des nouvelles technologies, et, aussi, jusqu'à un certain point, de la façon dont ils considèrent leur rôle par opposition à celui que jouent leurs auditoires ou communautés.

Peter : Je crois que, en réalité, nous parlerons de la fusion et de la confusion entre l'éthique du numérique et l'éthique du documentaire.

Quelques mots de Brett Hendrie, directrice des opérations, au sujet de Hot Docs :
Brett Hendrie : Je m'appelle Brett Hendrie. Je suis directrice des opérations du Hot Docs Canadian International Documentary Festival.

Cette année étant la 10e année du festival, nous allons l'étendre à toutes sortes de nouveaux lieux. Et cela est rendu possible, en grande partie, grâce à certaines des nouvelles technologies dont nous disposons. De plus en plus de films sont tournés en numérique ou en vidéo numérique, et nous avons pu doter nos salles de projection de nouvelles technologies, même les vieilles salles pourvues d'équipement obsolète. Nous serons en mesure de projeter dans différentes salles tous les types de supports, du 35 mm et du 16 mm à la vidéo numérique, au DVD, etc. Bien entendu, cette année, le festival comprend une composante de documentaires interactifs diffusés en ligne, Cyberdocs. Les gens peuvent venir à notre centre industriel, y jeter un coup d'oeil, ouvrir une session Internet et les utiliser. Nous dirigeons donc de plus en plus notre contenu vers un contenu interactif. Mais, aussi, nous utilisons de plus en plus les technologies sans pellicule et l'équipement numérique et vidéo de nos salles. Il devient ainsi moins coûteux pour les cinéastes qui ont tourné en vidéo numérique de projeter leurs films en salle. Alors qu'il y a six ou sept ans, avant que l'équipement permettant de visionner un film en haute définition soit disponible, vous deviez avoir une version sur pellicule de votre film pour pouvoir le projeter.

Aerlyn Weissman
Je m'appelle Aerlyn Weissman. Je suis cinéaste indépendante et je travaille à Vancouver. Mon dernier film a pour titre Web Cam Girls.

Ana Serrano
Je m'appelle Ana Serrano. Je suis directrice d'Habitat, la nouvelle division médias du Centre canadien du film.

Erica Pomerance
Je m'appelle Erica Pomerance. Je suis montréalaise et je fais des films. Beaucoup de films... En fait, non, pas beaucoup. Ce n'est pas facile de faire des films, mais, ces dernières années, mes films traitent surtout de questions autochtones, et aussi beaucoup de questions africaines.

John Haslett Cuff
Je m'appelle John Hasslet Cuff. Un de mes films a été projeté en première mondiale à Hot Docs cette année, en 2003 : Crimes of the Heart. C'est une étude portant sur l'adultère, illustrée par l'histoire d'un homme et de six femmes.

Marc Glassman
Je m'appelle Marc Glassman. Je suis le programmateur principal de la vitrine internationale du Hot Docs Canadian Documentary Festival. J'ai aussi établi la programmation de la production taïwanaise intitulée Made in Taïwan. Avec Shannon Abel, j'ai ensuite été coprogrammateur de Real Kids, Real Teens, également dans le cadre de Hot Docs. Je suis actuellement rédacteur de deux magazines : la revue cinématographique POV, et Montage, la revue de fiction cinématographique de la Guilde canadienne des réalisateurs. En bon Gémeaux, j'aime représenter simultanément une variété de voix différentes. Je suis aussi propriétaire de la librairie Pages, l'une des dernières librairies indépendantes au pays, malheureusement. Mais c'est une bonne librairie, et ce qui est triste, c'est qu'il y en ait si peu qui aient survécu. Je conçois la programmation de divers autres festivals tout au long de l'année, j'écris sur l'art cinématographique et j'anime une émission de radio hebdomadaire à Classical 96 FM. C'est à peu près tout, je crois.

Monique Simard
Je m'appelle Monique Simard. Je travaille pour les Productions Virage, une firme de Montréal surtout connue pour ses documentaires sociopolitiques qu'elle produit depuis dix-sept ou dix-huit ans.

The-Phone-Book-Ltd
Fee Plumley
Je m'appelle Fee Plumley et je travaille pour the-phone-book.ltd.uk, où je suis directrice de production. Je travaille en multimédias depuis quatre... ou six ans, je ne suis pas sûre, je pense que c'est six. Avant cela, j'étais directrice de scène. Bref, je proviens en quelque sorte d'un environnement matériel, et je suis maintenant engagée à fond dans le monde virtuel.

Ben Jones
Je m'appelle Ben Jones et je suis directeur de la création pour the-phone-book.ltd.uk. Mes antécédents sont plutôt en télévision et en animation, et j'oeuvre maintenant dans le monde des nouveaux médias.

Rae Hall
Je m'appelle Rae Hall et je suis au service de la station de télévision CBC. Tout récemment, j'ai travaillé avec une foule d'autres personnes à un projet appelé Zed, une émission de fin de soirée, multiplateforme. Voir zed.cbc.ca.

Tom Perlmutter
Je m'appelle Tom Perlmutter. Je suis directeur général de la programmation anglaise à l'Office national du film. Le service de la programmation anglaise produit des documentaires, des films d'animation, des émissions pour les enfants, des projets pour Internet et de nombreux autres types de productions.

Velcrow Ripper
Je m'appelle Velcrow Ripper. Je suis un cinéaste de la côte Ouest canadienne. En ce moment, je travaille à un long métrage documentaire, et aussi à un documentaire d'une heure intitulé Scared Sacred. Il s'agit essentiellement de reportages portant sur les « ground zero » de ce monde, à la recherche de témoignages d'espoir, d'êtres humains qui ont traversé le pire et qui trouvent en quelque sorte une issue vers la transformation.

Loretta Todd
Nous venons de finir le film The People Go On, que j'ai tourné dans le sud de l'Alberta avec le peuple Kai-nau, ou Indiens du Sang. L'histoire débute par une réflexion sur le rapatriement, mais il n'est pas seulement question de rapatriement. C'est davantage un film sur la relation que les gens entretiennent avec le temps et la mémoire, et un film sur ceux à qui appartiennent les biens culturels. C'est, en définitive, un film sur les relations interpersonnelles.

Yung Chang
Je m'appelle Yung Chang. J'ai fait un film avec l'Office national du film du Canada intitulé Earth to Mouth. C'est l'histoire d'une immigrante chinoise, une mère de 72 ans, qui vit et travaille à Newcastle, en Ontario, dans une ferme qu'elle exploite. Le documentaire raconte surtout les expériences vécues par l'agricultrice dans son entreprise, où elle cultive des légumes chinois. Nous avons tourné à la ferme pendant un an et, à la lumière de son témoignage, auquel s'est imbriqué celui des travailleurs, des immigrants mexicains, nous avons capté le caractère saisonnier des activités, le cycle de la vie, etc. Ces deux points de vue se sont mêlés, en quelque sorte. C'est à la fois beau, subtil et lyrique.

Paul Jay
Je m'appelle Paul Jay. Mon dernier film a pour titre Return to Khandahar. C'est l'histoire d'une femme à la recherche d'une amie dont la trace a été perdue en Afghanistan.

Peter Lynch
Je m'appelle Peter Lynch, je suis cinéaste. J'ai participé au tournage d'un certain nombre de types de films, dont certains longs métrages documentaires hybrides. Le dernier, Cyberman, porte sur un homme qui évolue dans le monde en tant que cyborg. J'ai tourné un film intitulé The Herd, qui traite du difficile parcours d'un troupeau de rennes, drame impressionniste tourné avec le concours d'acteurs professionnels. J'ai aussi tourné de courts drames et des films surréalistes. Mon cheminement est en quelque sorte interdisciplinaire.

Vanessa Bertozzi
Je m'appelle Vanessa Bertozzi. Je suis au service de Picture Projects, une maison new-yorkaise de production de documentaires qui utilise les nouveaux médias. J'y travaille, depuis un an et demi, au tournage de Sonicmemorial.org, un documentaire nouveaux médias sur le World Trade Center (WTC). Outre le 11 septembre, le film porte sur la vie et l'histoire du WTC, et même sur le quartier avant sa construction. Il s'agit d'une production audio qui utilise Flash et des MP3 en continu.

Jim Compton
Je m'appelle Jim Compton. Je suis directeur de la programmation au réseau de télévision Aboriginal People's. Je travaille en télévision depuis environ 20 ans. J'ai fait mes premières armes en 1983 comme recherchiste à la CBC. Rapidement, je suis ensuite devenu reporteur, puis rédacteur, communicateur et producteur. J'ai oeuvré « dans le privé » pendant six ans. J'ai eu ma propre émission de télé, The Sharing Circle, diffusée 52 fois l'an. Je connais donc l'industrie sous toutes ses coutures. Mon travail au réseau Aboriginal People's m'occupe depuis cinq ans. Ces quatre dernières années, j'ai participé au lancement du réseau et à l'acquisition des licences de programmation. J'ai travaillé à l'élaboration de la vision, de la stratégie et de la mission du réseau, et je suis toujours vivant.

Alex Shuper
Je m'appelle Alex Shuper. J'ai débuté dans le métier en tant que monteur, en particulier pour le film Visions of Light, un documentaire sur les techniques cinématographiques. Il m'est venu à l'esprit, un jour, que personne n'avait fait de documentaire sur le montage. Peut-être, en partie du moins, pour valider mon propre choix de carrière, je me suis dit que je devrais faire un documentaire sur ce sujet. J'avais amassé tellement de documentation au cours de toutes ces entrevues réalisées partout dans le monde qu'il était impossible de faire entrer tout ce matériel dans un long métrage. Nous nous sommes alors demandé : Que pouvons-nous faire avec tout ça? Écrire un livre? Et d'autres questions du genre. L'option la plus viable était évidemment de diffuser toute cette information, qui ne pouvait faire l'objet d'un film, dans un site Web. Nous avons donc décidé de mettre l'idée en chantier. Ce fut le point de départ.

Arlene Ami
Je m'appelle Arlene Ami. Mon documentaire dans le cadre de Hot Docs est intitulé Say I do. Il relate l'histoire d'épouses philippines commandées par correspondance et immigrées au Canada.

Ève Lamont
Bonjour. Je m'appelle Ève Lamont. Je suis cinéaste indépendante. Je suis aussi camerawoman, c'est mon métier. J'ai étudié en sociologie, en communication et aussi en électrotechnique. Ça fait quinze ans que je fais du cinéma indépendant et que je travaille derrière la caméra comme pigiste.

haut haut  

 

Valid XHTML 1.0!
Valid CSS!