retour à HorizonZéro HorizonZero 09 vertical line layout graphic english >  

version imprimable  >

entrevues hot docs: impact social
Voyez cet article en version Flash  nécessite Flash 6 >

entrevues hot docs
Transcriptions des entrevues effectuées au festival de films documentaires canadiens Hot Docs, du 25 avril au 4 mai 2003

Huitième thème: Impact social
Les nouvelles technologies de la production documentaire sont-elles aussi des instruments pour le changement social ? Peuvent-elles mettre au défi les grands monopoles dans le monde des médias ?

Sara Diamond et Peter Wintonick
Sara : Parlons maintenant de l'impact des nouvelles technologies sur les collectivités auxquelles s'intéressent bon nombre de ces cinéastes. Il ne s'agit pas seulement des artisans du documentaire qui utilisent les médias numériques, mais aussi de l'utilisation des technologies numériques dans l'ensemble de la société. Avez-vous des commentaires sur ce que vous avez vu à ce sujet?

Peter : Le sujet me préoccupe depuis quelques années : essayer de voir comment les nouvelles technologies, le cellulaire et les univers numériques sans fil peuvent, dans les faits, aider à transformer les micro-États et les micronations, les communautés et les quartiers, et les protéger des forces impérialistes et de la destruction - écologique ou autre - du monde. Je crois que, armés de ces outils, nous disposons de moyens pour résister à de telles forces.

Aerlynn Weissman
L'autre alarme qui sonne presque à tout coup concerne les craintes au sujet de la sexualité féminine, à savoir, qui en a le contrôle? Désolée les amis, mais nous vivons encore dans une société patriarcale, ces enjeux sont encore très présents dans le débat. C'est ce qui me guide, je crois, dans l'exploration de ce phénomène. Il faut se poser la question : S'agit-il toujours de la même chose? De quelque chose de nouveau, de merveilleux? Ou est-ce encore la même vieille rengaine, avec toutes nos vieilles idées bêtes sur le sexisme, l'âgisme, le racisme, etc., mais sous une forme plus high-tech? Voilà notre défi : arriver à une interprétation véritablement nouvelle. Nous disposons d'une nouvelle plateforme, d'un nouveau terrain de jeu, et nous devrions faire preuve d'autant de créativité et d'ouverture d'esprit que nous le permettra la technologie, et remettre en question bon nombre des idées reçues dans notre société.

Erica Pomerance
Je ne suis pas sûre, mais il me semble que les choses évoluent et que nous avons de la chance d'avoir accès à cette technologie. J'estime que la population des pays en voie de développement devrait y avoir accès, parce qu'il est aussi important de développer les communications que l'eau potable ou les ressources alimentaires et l'agriculture. Les gens en Afrique regardent la télé, ainsi ils doivent communiquer entre eux. Ils ne savent pas forcément ce qui se passe dans le pays voisin. Le plus intéressant, selon moi, n'est pas le côté très évolué, inaccessible, mais le bas de gamme, qui va rendre cette révolution très démocratique, et permettre toutes sortes de productions.

The-Phone-Book-Ltd
Ben Jones : Je crois que la technologie redéfinit toutes les formes de médias, qu'il s'agisse de documentaires, de films d'animation ou de dramatiques. Le fait que la technologie parvienne entre les mains de simples citoyens et qu'on l'intègre à des objets quotidiens implique une transformation de la façon de produire et de réaliser des films.

Fee Plumley : Et où qu'on regarde, l'utilisateur devient un producteur. L'essentiel est que, où qu'on aille, on peut documenter sa vie. On peut se faire la voix de soi-même et celle d'autres personnes partout dans le monde, en espérant que cela serve à diminuer le monopole qu'exercent les médias en ce moment.

Monique Simard
Le genre documentaire permet de mettre en lumière des enjeux sociaux ou politiques - pas seulement chez les cinéastes qui défendent un point de vue - et de les utiliser en tant qu'outils sociaux afin d'aborder des sujets et de lancer un débat : voilà ce que nous souhaitons. Grâce à la télévision, nous produirons, bien sûr, toujours des documentaires qui rejoindront un vaste public - cela, nous l'avons toujours fait. Mais nous voulons continuellement que nos documentaires se rendent dans les collectivités, qu'ils soient vus par le plus grand nombre de gens possible en tant qu'instruments de changement social. Je crois que c'est ce qui nous plaît dans ce que nous faisons. Nous faisons aussi un peu de fiction, mais selon la même philosophie. Nous produisons surtout des documentaires, et le but du documentaire, c'est de montrer le cinéma du réel, comme nous disons en français. Mais le cinéma du réel s'intéresse en grande partie à ce qui se passe dans la réalité, et à ce qui devrait être changé dans notre réalité sociale.

haut haut  

 

Valid XHTML 1.0!
Valid CSS!