retour à HorizonZéro HorizonZero 16 vertical line layout graphic english >  

version imprimable  >

intelligentes, souples et branchées : six designers des technologies prêtes-à-porter
Voyez cet article en version Flash  nécessite Flash 7 >

Intelligentes, souples et branchées
Comment s'y prennent les designers des technologies prêtes-à-porter pour faire du chic avec des nippes
par Lincoln Philip, traduit par Yves Lanthier

Le texte qui suit est tiré du projet Intelligentes, souples et branchées par Lincoln Philip. Vous pouvez voir la version complète de ce projet interactif dans la version flash du site d'HorizonZéro.

Lorsque les grands esprits se rencontrent
Pour penser aux technologies prêtes-à-porter et aux tissus électroniques, imaginez le mariage de Thomas Edison et de Coco Chanel, c'est-à-dire à l'union de révolutionnaires appartenant à deux univers différents qui changent notre perception des vêtements et des technologies.

L'habillement est autant une façon de communiquer l'identité et le rang social qu'une protection essentielle. L'application de technologies aux vêtements décuple leur fonctionnalité et leur ajoute un élément de fantaisie. Les technologies prêtes-à-porter et les tissus électroniques apportent des réponses aux chercheurs, artistes et designers qui s'intéressent au monde scientifique. Les réponses à leurs questions sont des vêtements, des accessoires et des oeuvres d'art.

La révolution des technologies prêtes-à-porter n'a pas encore rejoint le courant dominant, mais elle gagne du terrain partout dans le monde. La designer et chercheuse montréalaise Joanna Berzowska avance que « l'industrie de la confection et celle de l'électronique sont à la recherche du tremplin qui sera assez puissant pour lancer l'informatique prête-à-porter sur le marché de masse ».

La designer et chercheuse new-yorkaise Despina Papadopoulos a déjà fait incursion sur le marché de consommation en lançant Moi, [www.moinewyork.com/], un accessoire de mode qui est en fait une lampe bijou. « Dans toute sa simplicité, Moi a représenté un véritable défi. Que ne faut-il pas faire pour distiller une idée jusqu'à obtenir sa plus simple expression? »

Comme pour tout ce qui est nouveau, il faudra du temps pour que tout le monde s'y intéresse, signale la designer internationale Elise Co. Mais elle est certaine qu'une fois suffisamment petites et pratiques, les technologies prêtes-à-porter seront aussi omniprésentes que les montres : « Ces petits dispositifs prêts-à-porter sont utiles, ils peuvent être jolis et très à-propos! » s'exclame-t-elle.

Barbara Layne : design d'animation
La structure conventionnelle de l'étoffe, à savoir un assemblage serré de fils textiles réalisé sur un métier, est réinterprétée par Barbara Layne [http://collections.ic.gc.ca/waic/balayn/balayn_e.htm], une artiste établie à Montréal, professeure à l'Université Concordia et membre fondatrice d'Hexagram [www.hexagram.org]. « Je m'intéresse principalement à la mise au point de structures textiles polyvalentes destinées à des applications artistiques, explique-t-elle, tout en envisageant l'existence de vêtements innovateurs, de tissus architecturaux et environnementaux, d'applications domestiques et de costumes spectaculaires. »

Barbara Layne incorpore à ses tissus de minuscules capteurs et microprocesseurs qui créent des surfaces réceptives et sensibles aux stimuli externes. La sensation tactile et visuelle de notre interaction avec ces tissus se trouve décuplée grâce à ces surfaces. « Hexagram, Institut de recherche et création en arts et technologies médiatiques, appuie depuis 2001 ma recherche sur les tissus interactifs, plus spécifiquement sur l'incrustation de diodes électroluminescentes (DEL) et de minuscules microprocesseurs dans des structures textiles tissées à la main », explique-t-elle.

Son récent projet de recherche, Animated Textiles [http://www.hexagram.org/hexengine/projects.php], comprend la création de tissus dynamiques auxquels elle a intégré des DEL et des circuits électroniques. Il en a résulté des motifs à DEL quadrillés semblables au motif guingan de certaines nappes et chemises westerns. Les oeuvres qu'elle a réalisées dans le cadre de ce projet (que Barbara qualifie d'« expérimenatations techniques » plutôt que d'« oeuvres d'art ») peuvent être utilisées comme installations ou pour des expositions de tissus suspendus. Barbara désire mieux connaître la nature de la communication dans notre monde en évolution et créer des tissus performants pour les costumes et les décors. Elle espère réussir un jour à commercialiser un système prêt-à-porter sans fil.

Elle s'intéresse actuellement à la production de tissus expressifs et intelligents qu'elle réalisera en incorporant des microcontrôleurs et des DEL à des étoffes tissées, afin de créer un babillard électronique flexible. « De nombreux prototypes ont été créés jusqu'à maintenant, et les travaux se poursuivent », conclut-elle.

Despina Papadopoulos : la mode qui clique
Vous aimez faire tourner les têtes? Alors vous adorerez les créations de Despina Papadopoulos pour Studio 5050 [www.5050ltd.com]. Despina crée des vestes qui stridulent comme les criquets ou émettent une sorte de « tintamarre », des chaussures sport qui imitent le « cliquetis » d'une paire toute neuve de talons aiguilles Manolos.

Despina désire utiliser ses créations pour rompre la monotonie du quotidien. « Je m'intéresse surtout aux formes - aux formes de la communication, à certains types de solutions », indique-t-elle. « Chaque nouvelle création est pour elle l'occasion de produire une pièce évocatrice qui fournit à l'utilisateur une autre dimension de l'usage, une autre relation à soi-même et à l'environnement. »

On compte parmi ses créations The Love Jackets [www.5050ltd.com/loveRedux.php], un couple de vestes qui communiquent entre elles (et seulement entre elles) par ondes. Lorsqu'elles se « trouvent » (elles doivent être face à face et à une distance de moins de dix pieds), elles émettent une série ordonnée de signaux DEL clignotants et de sons comparables aux stridulations de criquets durant l'accouplement.

Une autre de ses créations, les Hug Jackets [ce lien n'est plus actif www.5050ltd.com/hugJackets.html], ne fonctionne qu'à la suite d'un acte d'union délibéré. Une étreinte entre les deux porteurs déclenche une série de signaux DEL et un « tintamarre ». « Si les Love Jackets se font la cour, dit-elle, les Hug Jackets passent à l'acte. »

Les Click Sneaks [ce lien n'est plus actif www.5050ltd.com/clickSneaks.html], une paire de chaussures sport apparemment normales, émettent le « cliquetis » familier de talons aiguilles lorsque l'utilisatrice se déplace. Pour créer cette fantaisie plutôt « relevée », Despina a utilisé la technique du montage en surface, qui lui a permis d'incorporer aux chaussures tous les composants nécessaires à l'illusion : puce vocale où est enregistré le « cliquetis », amplificateur, haut-parleur, capteur (contacteur). Chaque semelle déclenche ainsi le son mélodieux des talons aiguilles de votre designer préféré!

Jenny Tillotson : odeurs suaves du succès
Vous est-il déjà arrivé d'hésiter en vous habillant pour aller danser, puis de renoncer à mettre votre plus belle robe et à faire bonne figure pour épargner à l'oeuvre de votre designer les méfaits de la fumée de cigarette et de la transpiration?

Jenny Tillotson [www.smartsecondskin.com] sait qu'il est aussi important de sentir bon que de paraître chic; c'est pourquoi elle a créé The Smart Second Skin Dress [www.smartsecondskin.com/main/smartsecondskindress.htm], qui donne à la femme le meilleur de deux mondes. « Après avoir lu Le parfum, de Patrick Suskind, et avoir commencé à m'intéresser aux combinaisons spatiales de la NASA, qui sont refroidies par liquide, j'ai été de plus en plus attirée par la création de vêtements sensibles et odorants », explique Jenny.

Son but consiste à créer des vêtements odorants inspirés de la mécanique du corps humain, qui contribuent à notre mieux-être mental et physique. Sa création Smart Second Skin Dress est un média qui permet à la porteuse de communiquer ses pensées ou ses émotions par l'odorat, le plus ancien et le plus primitif des sens.

Smart Second Skin Dress est une robe en pur organdi, ornée d'une série de microtubes (des tubulures IV comme on en utilise dans les hôpitaux) que fixent des pinces et qui créent un motif de réseau semblable au système circulatoire humain. Une micropompe intégrée au design représente le « coeur », et les tubes représentent les « veines » et les « artères ». Les tubes sont remplis de liquides odorants de différentes couleurs et constituent un spectre d'odeurs, un « arc-en-ciel aromatique ». Dès que la micropompe commence à « battre », le liquide circule, une sélection de fragrances sont émises, et l'expérience olfactive débute.

Elise Co : rétroluminescence
L'amour que voue personnellement Elise Co [http://acg.media.mit.edu/people/elise/] à la mode jette un éclairage particulier sur les technologies prêtes-à-porter. Avant d'obtenir son baccalauréat au laboratoire des médias [www.media.mit.edu] du MIT, Elise Co a conçu une petite gamme de tricots non technologiques sous les étiquettes Sputnik et Mintymonkey, et a tenu quelques boutiques sélectes (à Paris, Basel, New York et Los Angeles). « Je me suis intéressée à la mode longtemps avant d'essayer d'appliquer l'informatique ou l'électronique à mes créations », souligne-t-elle.

Ce n'est qu'après avoir entrepris ses études au MIT et avoir commencé à travailler avec le Aesthetics and Computation Group [http://acg.media.mit.edu/], une division se consacrant au mariage entre les technologies et le design de mode, qu'elle a décidé de « câbler » ses créations. « J'ai commencé à étudier comment les technologies pourraient être appliquées à la mode de façon expressive et esthétique », dit-elle.

Au nombre de ses remarquables tentatives pour fusionner technologies et mode, on compte The Puddlejumper [http://acg.media.mit.edu/people/elise/glow/index.html], un imperméable luminescent qui rappelle les créations futuristes rétro des années 60 de Pierre Cardin et d'André Courrèges. Elise Co a créé à la main des sérigraphies recouvrant des lampes électroluminescentes alignées de droite à gauche sur le devant de l'imperméable. Les lampes sont reliées à des composants électroniques internes et à des capteurs sensibles à l'eau, situés à l'arrière de l'imper et sur la manche gauche : chaque fois qu'une goutte d'eau touche un capteur, la lampe correspondante s'allume, et l'ensemble clignote au rythme de la pluie qui tombe.

Récemment, Elise Co s'est associée à Nikita Pashenkov pour créer Lumiloop, un système modulaire de petits afficheurs matriciels à DEL, que l'on peut relier par des chaînettes pour former un bracelet réactif. Un module logiciel intégré contenant un accéléromètre enregistre et interprète les mouvements du poignet, et réagit en générant des motifs lumineux.

Central Saint Martins, Londres : études intelligentes
Le passage des jolies fringues aux prêts-à-porter intelligents se produit au moment même où vous lisez ces lignes. Le XXIe siècle est là, et le Central Saint Martins (CSM) College of Art and Design [www.csm.linst.ac.uk], de Londres, au Royaume-Uni, se penche actuellement sur les technologies prêtes-à-porter et les tissus intelligents les plus innovateurs.

En particulier, le cours MA Design for Textile Futures [www.textilefutures.co.uk], dirigé par Carole Collet [http://textilefutures.co.uk/exchange/bin/view/TextileFutures/CaroleCollet], forme un groupe de réflexion où les étudiants peuvent élaborer des idées, réfléchir sur les pratiques individuelles et repousser les limites du design textile et des nouvelles technologies en matière de tissus imprimés et tissés.

Des précurseurs de l'industrie, comme Susan Jenkyn Jones, prononçant des conférences au CSM, ont invité les étudiants à s'intéresser aux possibilités des technologies prêtes-à-porter et des tissus intelligents. « J'ai réalisé de petits travaux pour éveiller les consciences à ce sujet », explique Susan, mentionnant deux domaines auxquels elle s'intéresse particulièrement : les vêtements pour hommes et les tricots. Réputé pour les designers de mode innovateurs qu'il a produits, le CSM appuie « les designers textiles capables de repousser les frontières du design, de remodeler notre manière de vivre et de créer les tissus de demain ». Visiblement, l'institution a la ferme intention de rester à l'avant-plan de cette révolution textile.

Hsueh-Pei Wang, un étudiant du CSM, fait en sorte que son institution se trouve effectivement à l'avant-plan de cette révolution, grâce à son projet, intitulé Smart Wallpaper, un « tissu résidentiel interactif » qui utilise des encres thermosensibles et électroniquement conductrices pour « redécorer » poétiquement les murs d'une salle de séjour en fonction de l'état physique et émotionnel de l'occupant. Un autre projet, just a curtain, de Monica Auricchio, utilise d'attrayants imprimés métalliques pour isoler la chambre à coucher des hyperfréquences liées aux téléphones cellulaires, ces agents « d'électropollution ». Ces deux types de « tissus mobiliers », comme de nombreuses autres créations innovatrices d'étudiants, ont été diffusés récemment sous le titre Degree Show, 2004 [www.textilefutures.co.uk], sur le site de MA Design for Textile Futures.

Joanna Berzowska et ses tissus chatoyants
Imaginez le plaisir si Joanna Berzowska [www.berzowska.com] avait fait des prêts-à-porter avec son projet de textile Shimmering Flower : vous auriez pu porter des vêtements qui changent de couleur! « Je conçois des composantes informatiques et des applications textiles électroniques orientées vers l'esthétique et l'idée de jeu, dit-elle, par opposition aux visées utilitaires courantes des technologies prêtes-à-porter orientées vers la connectivité universelle et aux applications axées sur la productivité. »

Pionnière au Canada en matière de technologies prêtes-à-porter et de tissus intelligents, Joanna est professeure adjointe de présentation graphique et de traitement numérique des images et du son à l'Université Concordia, à Montréal, et fondatrice de XS (extra soft) [www.xslabs.net], un studio de design sis à Montréal. Elle a également été cofondatrice et conseillère senior en design d'International Fashion Machines [www.ifmachines.com], à Boston, où elle a mis au point le premier support d'affichage animé prêt-à-porter à « encre électronique » de même que le tissu qui change de couleur, Electric Plaid [www.ifmachines.com/eplaid.html] ; elle a quitté International Fashion Machines pour fonder XS en 2003.

Le travail de Joanna Berzowska consiste à entrelacer des fibres et des fils textiles conducteurs qui rendent possible la diffusion de courant électrique, la communication et la mise en réseau, et à créer de nouveaux matériaux d'affichage utilisant des technologies telles que l'encre électronique [www.eink.com], le nitinol (une fibre qui change de forme) et les pigments thermochromiques (qui changent de teinte en fonction de la température). Joanna utilise aussi des techniques traditionnelles comme le tissage, le tricot, la broderie et la couture pour créer ses tissus.

Le Electric Plaid conçu par le International fashion Machines technology est fait de circuits électroniques tissés, d'encres qui changent de couleur et de composants électroniques qui ajoutent des effets de temps et de mouvement aux motifs et aux designs textiles. Il s'agit d'une oeuvre d'art créée pour le design d'intérieur, les surfaces architecturales et la signalisation dynamique à grande échelle. Shimmering Flower [http://www.xslabs.net/shimmer.html] est une oeuvre d'art plus récente utilisant un support visuel animé, créé sur un métier à tisser Jacquard. Les techniques de tissage et les technologies, plus complexes, qui y sont utilisées permettent une création plus artistique et plus personnelle.

Prêt-à-porter dans le monde entier
Les créateurs de tissus intelligents innovateurs partout au Canada et sur la planète ne cessent de chercher et de mettre au point des produits de consommation capables d'égayer notre vie quotidienne. Jetez un coup d'oeil aux sites web qui suivent. Vous y découvrirez d'autres sociétés, designers et artistes qui participent à la révolution des technologies intelligentes au service de la mode.

Closer
http://a.parsons.edu/~alison/thesis/index2.html

Clutch / Medulla Intimata
ce lien n'est plus actif http://www.thisisclutch.com/medulla.html

Eleksen
www.eleksen.com

Enlightened Designs
www.enlighted.com

Fashion Institute of Technology, NYC
ce lien n'est plus actif http://www.fitnyc.suny.edu/html/dynamic.html

Infineon Technologies
www.wearable-electronics.de

Lucy Dunn / Smart Jacket
http://www.news.cornell.edu/Chronicle/03/1.16.03/smart_jacket.html

Musical Jacket
http://www.media.mit.edu/hyperins/projects/jacket.html

No Contact Jacket
ce lien n'est plus actif http://www.galtglobalreview.com/newtech/shocking.html

Offspring Wearables
http://www.phonescoop.com/articles/moto_wearables/

Pattern Language exhibition
http://www.artinteractive.org/shows/patternlanguage/

Reima Smart Clothing
www.reimasmart.com

Sabine Seymour / Moondial
www.moondial.com

SOFTswitch
http://www.softswitch.co.uk/

Styleborg
http://www.styleborg.com/

Thinking Materials
ce lien n'est plus actif www.thinkingmaterials.com

Topological Media Lab
http://www.topologicalmedialab.net/joomla/main/content/blogsection/3/12/lang,en/

Wear Me exhibition
http://conferences.iee.org/eurowearable/wearme.htm

whisper: wearable body architectures
http://whisper.surrey.sfu.ca/index2.html

Xybernaut
http://www.xybernaut.com

Installé à Calgary, le rédacteur Lincoln Phillip s'emploie à faire connaître les créateurs qui ajoutent de la beauté au monde grâce à l'art, à la mode et au design d'intérieur. Il est présentement titulaire de la chronique Real Style au Calgary Herald et est collaborateur aux magazines Fast Forward et Outlooks comme rédacteur de mode. Ses travaux dans le domaine de la mode l'amènent régulièrement à participer à la création et à des séances de photo avec des modèles et des photographes. Toutes les citations inclues dans ce texte proviennent d'entrevues dirigées par l'auteur, sauf lorsqu'une autre source est spécifiée.

haut haut  

 

Valid XHTML 1.0!
Valid CSS!