retour à HorizonZéro HorizonZero 07 vertical line layout graphic english >  

version imprimable  >

sur le chez-soi : frontières
Voyez cet article en version Flash  nécessite Flash 6 >

Entre nostalgies et appartenances
par Katherine Liberovskaya

Je suis née à Montréal
de parents d'origine russe
eux-mêmes nés en ex-Yougoslavie
de parents ayant fui la Russie
et sa révolution de 1917
mes parents furent donc élevés dans la communauté des russes exilés à
Belgrade
dans la nostalgie de la mère patrie
avec la langue russe, les traditions russes, les croyances russes
et l'attente
de la fin du régime soviétique...
mais comme le communisme les a rejoints en Yougoslavie
ils sont venus ici
ainsi
j'ai été élevée à Montréal
dans un foyer russe
avec la langue russe, les traditions russes, les croyances russes,
et la nostalgie de la mère patrie russe
mais aussi
dans un quartier anglais
avec la langue anglaise et les traditions anglaises et les croyances
anglaises
et le Commonwealth et la reine d'Angleterre
et la nostalgie de la mère patrie anglaise
mais encore
à l'école française
sous le système d'éducation français
créée par la communauté des Français de France travaillant à Montréal
avec la langue française, les traditions françaises, les croyances
françaises,
et la nostalgie de la mère patrie française
mais de plus
dans un Québec qui s'affirmait
avec la langue québécoise, les traditions québécoises, les croyances
québécoises,
et la nostalgie d'une patrie à soi

sans parler d'avoir grandi femme dans un univers d'hommes
avec leur langue, leurs traditions et leurs croyances

quant à moi
parmi tous ces univers et ces nostalgies
je me suis toujours sentie
à la fois de partout et de nulle part
déchirée
entre les appartenances
et les loyautés
les réalités
et les distances
les liens génétiques
idéologiques
et géographiques
et ce n'est sans doute pas par hasard
mais pour en finir avec toutes les frontières
et les personnalités multiples
que je me suis retrouvée dans le monde des arts
médiatiques et cybernétiques
qui promettait le rêve d'un langage universel
et d'une patrie virtuelle
une véritable communauté électronique
sans hiérarchie ou limite
à la grandeur de la planète

seulement
alors que les médias et le cyberespace
m'ont simplifié l'existence
quant à la possibilité
jadis impossible
d'atteindre
toutes les dimensions
pour moi d'importance partout dans le monde
souvent en même temps
de plus en plus
dans cet univers binaire global
je me frappe
à de nouvelles frontières
et à de nouvelles exclusions
celles-là
d'ordre informatique, technologique et économique
mais aussi souvent linguistique

tandis qu'à force de relations virtuelles
une nouvelle nostalgie
se fait sentir
celle du contact physique...

Katherine Liberovskaya, artiste multidisciplinaire montréalaise, a surtout travaillé dans le domaine de la vidéo expérimentale et du multimédia depuis la fin des années quatre-vingts. Elle participe à la programmation et à l'organisation de plusieurs événements des arts médiatiques, notamment en collaboration avec Studio XX, un centre de ressources et de présentation cyberféministe montréalais voué aux arts médiatiques/en ligne des femmes, qui a été fondé en 1995 (http://www.studioxx.org/) et dont elle a assumé la présidence de 1999 à 2003. À l'heure actuelle, elle siège au Conseil d'administration de l'Alliance de la vidéo et du cinéma indépendant.

haut haut  

 

Valid XHTML 1.0!
Valid CSS!