L'esprit aux commandes de la cuisine
Équipe no 3 : Myron Campbell, Ruth West, Gregor Wolbring

Nous avons conçu une présentation Flash pour illustrer la possibilité d'utiliser à la maison un centre de contrôle nanotechnologique commandé par la pensée. Notre illustration digne de Monty Python représente une cuisine où se trouvent une cuisinière, une lampe, un réfrigérateur et un balai. À droite, l'image d'une personne. L'animation Flash commence par le déplacement de la personne dans la cuisine. On peut ensuite obtenir divers effets d'animation en cliquant sur quatre différentes portions de la tête, disons plutôt du cerveau, de la personne.

Un clic sur une zone particulière fait « allumer » la lampe dans le coin. La pièce s'illumine et le texte suivant s'affiche :

Concept universel
Nous connaissons tous le concept de la « simplicité d'utilisation ». Il évoque des objets qui s'utilisent sans effort, de manière intuitive, dont les avantages nous apparaissent aussi sans effort. Si la simplicité d'utilisation éventuelle d'une interface « nano-cervico-domestique » paraît nouvelle, bon nombre des principes de conception qui visent l'accessibilité « universelle » sont pourtant déjà en application. C'est précisément ce « concept universel » ou, pour citer Ron Mace du Centre for Universal Design de la NC State University (www.design.ncsu.edu/cud ), le « concept de produits et d'environnements utilisables par tous, dans la plus grande mesure possible, sans adaptation ni conception particulière ». L'interface nano-cervico-domestique est un exemple d'environnement conçu pour des personnes de toutes capacités, s'adaptant immédiatement aux préférences individuelles. Elle s'utilise simplement, de manière intuitive - peu importe les connaissances ou la compétence linguistique - et maximise la souplesse et la rentabilité de l'espace ou des ressources. Elle rend compte à la fois de l'avenir potentiel du concept universel et d'une stratégie de concrétisation à grande échelle des avantages dont elle est porteuse.

Un clic sur la seconde zone du cerveau de la personne fait ouvrir la porte du réfrigérateur, montrant les aliments qui s'y trouvent. Le texte qui s'affiche est le suivant :

NBIC
La nanotechnologie est une technologie émergente. Le préfixe « nano » sert généralement à désigner une mesure de l'ordre du milliardième de mètre. Trois à six atomes adjacents mesurent environ un nanomètre, selon les atomes. Le Petit Robert définit la nanotechnologie comme une technologie qui s'intéresse aux objets à l'échelle moléculaire ou atomique. La nanotechnologie (ou la nanoscience) permet l'émergence d'une perspective interdisciplinaire où convergent à l'échelle nanométrique des technologies comme : a) la nanoscience et la nanotechnologie; b) la biotechnologie et la biomédecine; c) la technologie de l'information; d) la science cognitive, qui forme le nouveau paradigme NBIC (nano-bio-info-cogno). Ce dernier dérive du fait que les systèmes vivants sont gouvernés par le comportement des molécules à l'échelle nanométrique, où se rencontrent dorénavant la chimie, la physique, la biologie et l'informatique. La maison nanométrique est essentiellement une maison NBIC. Notre exemple de maison commandée par la pensée (interface nano-cervico-domestique) ne fonctionne pas avec la seule nanotechnologie; il lui faut la technologie NBIC.

Un clic sur la troisième zone du cerveau active un balai robotique qui émerge du mur et qui commence à balayer le plancher de la cuisine. Un texte s'affiche :

Fonctionnement
L'idée de voir votre cuisine se mettre « magiquement » à préparer le repas ou à s'autonettoyer exerce un attrait presque mythique. Or, le concept d'interface nano-cervico-domestique pourrait rendre réelle cette pensée « magique ». Cette interface n'est qu'un exemple des nombreuses autres entre l'être humain et la machine, ou entre le cerveau et la machine, comme la science actuelle l'envisage. Les recherches en cours sur les interfaces cerveau-machine progressent d'ailleurs rapidement. Elles s'intéressent entre autres à la façon dont cette interface nano-cervico-domestique pourrait agir physiologiquement pour extraire et traiter les « codes » du cerveau commandant l'activité motrice et sensorielle (par exemple, le fait d'atteindre un objet, la marche, l'audition) au moyen de biopuces ou d'autres émetteurs NBIC implantés dans le corps. Le but de ces recherches est aussi d'inventer de nouveaux matériaux ou de nouvelles méthodes de fabrication pour intégrer les « capteurs », et la technologie de rétroaction nécessaires, à l'environnement bâti. Ces récepteurs sans fil recevront les instructions de nos codes neuronaux, ce qui permettra aux êtres humains de commander par la pensée des appareils ou d'autres aspects de leur environnement.

Un clic sur la quatrième zone du cerveau de la personne allume la cuisinière. Les brûleurs deviennent rouges et le texte suivant s'affiche :

Éthique
L'interface nano-cervico-domestique de l'avenir sera-t-elle également accessible à tous? Sinon, comment l'accessibilité sera-t-elle distribuée? Sera-t-elle soumise d'abord aux forces du marché? Qu'en sera-t-il de l'intelligence intégrée à cette interface et de l'information recueillie sur l'être humain qui l'utilisera? Qui aura accès à cette information? Des tiers pourront-ils utiliser l'interface nano-cervico-domestique pour transmettre leur « contenunbsp;» (information, loisirs, publicité ou autres) au destinataire humain? Ce type de technologie marque-t-il la fin de la démarcation entre l'être humain et l'environnement et, particulièrement, l'environnement bâti? Ces questions et beaucoup d'autres sont au cœur du débat éthique que provoque l'intégration de la technologie NBIC à notre vie quotidienne. Certaines sont purement spéculatives, mais les questions essentielles sur la façon de déterminer les applications éthiques d'une nouvelle technologie sont des préoccupations sociales récurrentes. Les problèmes d'éthique se posent entre autres quand il s'agit d'appliquer un moyen pour atteindre une fin. En l'occurrence, le moyen (NBIC) et la fin (un environnement commandé par la pensée) ont beaucoup à offrir en matière d'« accessibilité universelle » alors que la population vieillit et que changent ses caractéristiques démographiques. Mais ces avantages sont assortis de difficultés comme la répartition de l'accessibilité et des ressources, leur maîtrise et leur responsabilité.