retour à HorizonZéro HorizonZero 19 vertical line layout graphic english >  

version imprimable  >

réflexion : Porter le Flambeau
Voyez cet article en version Flash  nécessite Flash 10 >

LE PODIUM DES ARTS
PORTER LE FLAMBEAU DES NOUVEAUX MÉDIAS
par Susan Kennard, traduit par Ève Renaud

Le rôle de l'artiste et le financement des arts reviennent souvent dans le discours politique récent au Canada. La pertinence et les fins de la pratique artistique sont l'objet de débats fréquents et intensifs. Des tensions se font jour entre la notion d'économie créative et la notion de l'art pour l'art. Le mécénat n'est pas aussi répandu au Canada qu'aux États-Unis, et le financement étatique est très dépendant des priorités du parti au pouvoir à une époque donnée. Nul doute, par ailleurs, que la récession a aussi touché les arts. On n'approuve plus autant de projets, et les créateurs ont plus de mal à obtenir des commandes. Nous vivons une époque de changements accélérés, et la technologie, omniprésente, pénètre la moindre sphère de l'activité humaine. L'innovation doit être au rendez-vous, le transfert de technologie suscite l'admiration, et on souhaite ardemment la croissance économique. Mais qu'en est-il des Olympiques et de l'afflux d'argent réparti entre art et sport? C'est là l'objet d'un vaste débat, d'envergure internationale. Dans chaque pays hôte, on trouve des citoyens qui applaudissent et d'autres qui critiquent la formidable mobilisation de forces vives qui est partie intégrante du mouvement olympique.

Les gens à l'origine de l'Olympiade culturelle et du programme CODE connaissent fort bien cette controverse. Issus du monde de la convergence des médias, de la radio-télédiffusion, de l'industrie culturelle et de la recherche, ils ont toutefois saisi la flamme olympique et se sont engagés à faire monter les artistes canadiens sur le podium, à la vue du monde, en février 2010. CODE tient aussi compte de la nécessité d'intégrer à la manifestation les artistes de l'étranger et tous ceux qui n'ont pas l'intention d'assister aux Jeux. CODE et les artistes indépendants, les organismes d'éducation artistique, les musées, les conservateurs et les divers établissements partenaires comptent bien montrer que l'action du COVAN ne se limite pas aux événements d'un glorieux hiver.

Le thème artistique de CODE profite et souffre tout à la fois de la généreuse contribution d'expositions organisées individuellement, en ligne et sur place. Si la démocratie est favorisée aux dépens du contexte de l'organisation, il en résulte une opulence d'œuvres qui donnent une visibilité à des artistes de longue date comme à des concepteurs émergents, grâce à un réseau de clics et de téléchargements et à la promesse d'un spectacle en direct et d'une interaction intime pour tous ces heureux qui se rendront à Vancouver.

Cette volonté de convier le monde explique la décision de l'Institut des nouveaux médias du Centre d'art de Banff de publier un numéro commémoratif d'HorizonZéro, ce magazine en ligne qui a braqué les projecteurs sur l'art des nouveaux médias de 2002 à 2004. L'un des nombreux résultats gratifiants de la publication d'HorizonZéro a été la possibilité d'engager et, partant, de soutenir financièrement des artistes des nouveaux médias, des concepteurs d'interactions, des auteurs, des théoriciens et des critiques canadiens en contrepartie de la création de nouvelles œuvres. La notion d'une économie des nouveaux médias était aussi insaisissable en 2004 qu'elle l'est en 2010. Pourtant, aujourd'hui comme alors, spécialistes et généralistes constatent que la technologie et la créativité offrent de nouvelles avenues d'évolution culturelle, de nouvelles façons de vivre l'art et de nouveaux moyens de faire connaissance avec notre monde. La relation entre le créateur et le consommateur a changé, et l'idée de la culture, tout comme les moyens de la produire, de la perpétuer et de la partager à l'échelle planétaire ou locale, a généré une bulle de participation créative et une réflexion critique centrées sur un ensemble d'outils et d'habiletés numériques qui auraient autrement échappé à l'observation, puisque la technologie, bien qu'elle touche tous les aspects de la société, agit de manière imperceptible.

Depuis 1995, l'Institut des nouveaux médias de Banff favorise le développement esthétique et créatif des artistes émergents des nouveaux médias au Canada et ailleurs dans le monde. Nous entretenons des liens directs avec bon nombre des artistes à l'honneur dans le cadre du programme CODE et avons approfondi beaucoup des thèmes exploités au fil d'ateliers, de résidences et de projets de recherche. Comme les organisateurs de CODE, nous nous appliquons à soutenir l'essor et la promotion des arts néomédiatiques et éprouvons un plaisir particulier à les mettre en valeur dans des contextes inattendus. CODE prend un certain nombre de risques en produisant ce type d'œuvres sur la scène internationale; quant à ce numéro spécial d'HorizonZéro, ce n'est qu'un des éléments d'une structure qui jette un pont entre art et technologie, innovation et réflexion, jeux et ludisme, expérimental et appliqué. Ce numéro d'HorizonZéro prend comme point de départ l'exposition CODE en direct et les présentations en ligne de CODE. Il enrichit le programme officiel de contenus, de critiques et de contextes qui s'entrelacent et décrivent le monde intangible, mais profondément pertinent, de l'art des nouveaux médias et de la culture numérique.

Susan Kennard est gestionnaire des Programmes du patrimoine à l'Unité de gestion de Banff de Parcs Canada, fonction qui comprend la supervision des ressources culturelles et de leur expression par l'entremise de la créativité, des traditions et du cadre bâti. Arrivée à l'Institut des nouveaux médias du Centre d'art de Banff en 1998, elle a été directrice et chef de production de l'Institut de 2005 à 2009. En 2005, elle a obtenu à l'Université de Malmö, en Suède, une maîtrise en communications appliquées au développement grâce à un mémoire sur la relation entre la pratique artistique contemporaine, l'évolution sociale et la société civile dans le Sarajevo de l'après-guerre. Susan participe à de nombreux jurys et comités d'examen au Canada et à l'étranger.

haut haut  

 

Valid XHTML 1.0!
Valid CSS!